Tassrirt Gorges d’Aït-Mansour

Après une route sinueuse et surprenante, à 25 km au sud de Tafraout, on découvre la vallée d’Aït Mansour. L’arrivée aux gorges vous plonge immédiatement dans la luxuriance d’une végétation stupéfiante : dans un canyon rose orangé se dessine un sentier vert débordant de palmiers, figuiers et d’oliviers. Seuls le bruissement de l’eau et les manifestations sonores de la faune environnante rappellent qu’il ne s’agit pas d’un mirage. Loin des sentiers battus du tourisme de masse, le relatif isolement de cette oasis montagnarde lui donne une allure de petit paradis.

Pour y aller de façon plus sûre en voiture de tourisme, il est préférable depuis Tafraout de prendre la sortie en direction sud Agard-Oudad puis de suivre la direction Tlata Tasrirte. Une fois arrivé à proximité de Tlata Tasrirte, il faut tourner à droite pour ne pas passer dans le village en prenant la direction de Tinzguid. Continuer en direction du sud jusqu’à l’entrée des Gorges d’Aït Mansour où le paysage ressemble fortement aux canyons américains.

Plusieurs villages, tous aussi pittoresques que particuliers s’y succèdent : Tiaouidou, Tyzerkine, Taghouat, Agueid Imlain. Le plus étonnant étant certainement celui de Gdourt, vieux bourg dans lequel les maisons en pisé sont soudées les unes aux autres, donnant ainsi davantage une impression de ksar non fortifié, le tout à flanc de montagne, à l’instar de tous ces petits villages qui composent cette oasis qu’ils dominent de leurs hauteurs.Le centre d’Affellah Inrir peut aussi être le point de départ pour la découverte des nombreux sites épars qui parsèment la région de gravures rupestres, notamment sur le plateau d’Oukklas. Dans le sud de la vallée, à Talate-NIssi, on peut encore voir ce qui reste probablement du protectorat français. Ruines de bâtiments, écuries, logements, anciens cimetières, derniers vestiges d’un passé révolu.